Ça y est, vous avez décidé de vous reconvertir en temps que travailleur indépendant. C’est une très bonne chose, mais il y a encore beaucoup à faire. Le choix du statut juridique fait partie des plus importants. Sans cela, vous ne serez pas en mesure de travailler à votre compte en toute légalité. Nous allons donc vous en dire plus sur ce sujet dans cet article.

Portage salarial

Le portage salarial est sans aucun doute la meilleure solution pour une reconversion vers le statut de travailleur indépendant. Cela consiste à travailler à son compte tout en étant dans un régime salarié. Ce qui veut tout simplement dire que l’entité que l’on appelle société de portage s’occupera de vous comme un salarié d’entreprise normal alors que vous êtes votre propre patron.

C’est cette société de portage qui s’occupe des documents administratifs. En tant que portée, votre rôle consiste juste à réaliser le travail. Vous êtes donc dispensé des difficultés relatives aux papiers. La société qui vous porte vous versera vos gains comme un salaire tout en prélevant de ces derniers ses frais de prestations.

D’ailleurs, ils négocient également avec vos clients pour vous permettre d’optimiser encore plus votre temps. C’est donc celui correspond le plus à ceux qui démarrent dans le monde des indépendants sans vraiment s’y connaitre en procédures administratives. Un bon moyen pour débuter.

Entreprise individuelle (EI)

En tant qu’indépendant, vous pouvez choisir le statut d’entreprise individuelle. Ce qui signifie que vous pouvez travailler seul sans possibilité d’avoir d’associé. C’est la forme juridique la plus rapide et la moins coûteuse.

Cependant, il présente des risques élevés. En effet, votre entreprise est directement reliée à vos biens. Ce qui fait qu’en cas de faillite, les créanciers auront la possibilité de saisir ce qui vous appartient.

Vos revenus seront imposés à votre compte et ne pourront en aucun cas basculer vers l’imposition des sociétés. En outre, vous serez également intégré au régime social relatif aux travailleurs indépendants une fois votre entreprise debout.

Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

L’EIRL est la forme plus sécuritaire de l’EI. C’est-à-dire que votre patrimoine sera protégé, car il ne sera pas en lien direct avec votre entreprise. En cas de problèmes, les créanciers ne pourront saisir que le patrimoine affecté à votre affaire.

Cette forme juridique se rapproche assez de celle de l’entreprise individuelle. C’est donc un statut juridique pas cher et facile à mettre en œuvre. Vous n’aurez donc pas besoin de beaucoup de temps pour que votre entreprise soit créée.

Vous êtes également imposé à votre compte. Cependant, la différence est qu’il est possible de se faire imposer en tant que société sans contrainte de durée.

Société par Actions simplifiées Unipersonnelle (SASU)

Cette forme est généralement peu choisie quand on se lance en tant qu’indépendant. La raison est qu’elle est assez difficile à créer. De plus, contrairement aux deux précédentes formes juridiques, elle demande des fonds importants.

Selon nous, le seul avantage de ce statut juridique est que vous pouvez bénéficier de la sécurité sociale. Cela à condition de vous verser une rémunération. Ce qui implique donc de vous créer des bulletins de salaire.

Catégories : Pratique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *